Les colloques Pédiatrie et Psychanalyse et Médecine et Psychanalyse qui se sont tenus à Paris au cours des 20 dernières années ont montré la pertinence et l’actualité d’un dialogue entre somaticiens et psychanalystes dès lors que les questions traitées le sont à partir du vif des pratiques respectives, dans la rigueur de leurs méthodes et de leurs concepts spécifiques.

Ce dialogue entre médecins et psychanalystes se tient à distance des concessions et des compromis idéologiques prompts à favoriser les états paresseux et médiatiques des savoirs. C’est au contraire dans la mise en relief de ce qui différencie autant que ce qui rapproche dans leurs pratiques les médecins et les psychanalystes que le débat théorico-clinique, la recherche fondamentale et appliquée et la transmission des connaissances peuvent se poursuivre. Ce dialogue présuppose qu’on ne réduise pas la vérité du patient à l’exactitude médico-biologique, pas davantage qu’on ne saurait confondre les dimensions subjective et intersubjective des pathologies somatiques avec leur étiologie.

Paris, 28-29 novembre 1998

Colloque Psychanalyse et fins de vie

 

Au fur et à mesure que les avancées médicales et l'évolution démographique modifient les conditions de fin de vie, on découvre plus nettement l'interférence de la réalité psychique et des altérations somatiques à l'approche de la mort. Les formes de collaboration qui se sont instaurées, au fil du temps, entre soignants et psychanalystes vont dans ce sens, sans toutefois que leurs positions respectives à l'égard de l'enfant, de l'adulte et de la personne âgée aient suscité un débat élargi.

Le colloque Psychanalyse et fins de vie est destiné à favoriser la confrontation des différentes expériences ainsi que le décloisonnement des problématiques liées à l'âge, l'état et l'environnement du patient. Dégager de nouvelles voies d'approche et de prise en charge en tenant compte de la vie psychique et des manifestations de l'inconscient à une époque de rationalisation des démarches médicales et des structures de soins : telle est l'ambition qui sous-tend le projet de ces journées.

La psychanalyse trouve-t-elle à s'inscrire dans l'univers du malade et dans celui du soignant ? Sous quelle forme et à l'aide de quels concepts peut-elle enrichir les pratiques médicales dans leurs enjeux éthiques actuels ? Comment le quotidien du somaticien et celui du psychanalyste se renouvellent-ils au cours de leurs échanges ? Quelles exigences de cadre, de méthode et d'intelligibilité ce travail commun requiert-il ? Ce sont, parmi bien d'autres, des questions majeures aux- quelles on tentera de répondre au cours de ces deux journées d'étude, comportant des communications individuelles, des débats et des tables rondes.

Le colloque, ouvert à un large public, intéressera tous les professionnels de santé, outre les psychanalystes et les médecins.

Huit ateliers sont prévus pour provoquer des échanges entre intervenants et participants à l'appui de leur expérience.

Comité d'organisation :
Marie-Frédérique Bacqué, Danièle Brun, Maarie-Sylvie Richard, Martine Ruszniewski et Robert Zittoun.

Sous l'égide du Centre d'études du vivant, du Laboratoire de psychopathologie fondamentale et psychanalytique de l'Université Paris 7 - Denis Diderot.
Avec le concours de la Fondation de France et de la Ligue contre le cancer.
Avec la participation d'Association pour Etudes freudiennes.

 

Voir aussi : Actes du colloque Psychanalyse et fins de vie (1998)