Avignon, Palais des congrès, 15-16 novembre 2002

La guérison aujourd’hui : réalités et fantasmes

 

Les progrès de la médecine technicienne ont considérablement modifié les voies ainsi que les représentations de la guérison. Celles-ci se renouvellent sous le masque d'une exigence de rendement adressée à la médecine, qu'appuient l'opinion publique et les médias. À l'exception peut-être des soins palliatifs, il n'existe pas de demande de soin qui ne soit soutenue par le projet de guérir, et par celui de transformer l'inguérissable en guérissable. Aussi, en pédiatrie comme en médecine d'adultes, la notion de guérison doit elle aujourd'hui être reconsidérée, sachant que si l'on évite davantage la mort, il reste toujours à guérir de sa menace.

De quelque côté que l'on se tourne, la guérison reste pour le patient, pour le psychanalyste comme pour le médecin, une affaire de traces, auxquelles l'entourage n'échappe pas : parents, frères et soeurs, conjoints…

Qu'elle soit attendue, ou advenue, la guérison est tournée vers la vie dont elle montre le prix. Un prix qui se paye surtout en courage psychique ; pas seulement celui qui consiste à supporter des circonstances médicales douloureuses, mais celui qui consiste à élaborer dans l'après-coup le vécu de la maladie. Voilà ce que met en mouvement le travail de la psychanalyse.

Le présent colloque s'inscrit dans la ligne et le prolongement des colloques «Pédiatrie et Psychanalyse», organisés depuis 1993. Il comporte deux jours de réflexions consacrées aux échanges entre médecins et psychanalystes sur leur pratique avec leurs patients; avec des séances plénières et une matinée d'ateliers.

Le colloque est organisé par Le Journal des psychologues, sous l'égide du Centre de Recherches Médecine et Psychanalyse (CRPM, Université Paris VII, dir. Danièle Brun). Avec la participation de la Société de Médecine et Psychanalyse (SMP) et Études Freudiennes.

 

Voir aussi : Actes du 5e colloque - 2002